Rencontres de la Photographie Arles 2018

De passage dans la région en randonnée vélo, je n'ai pas résisté à l'envie d'aller voir les expositions photographiques d'Arles.  N'ayant qu'une journée, je me suis concentré sur les expos comprises dans mon forfait, et je n'ai pas réussi à tout voir !
A savoir que nombre d'expositions ferment fin Août, mais qu'en ce début Septembre, il en reste suffisamment pour bien occuper sa journée.
Voici donc un extrait de ce que j'ai aperçu ... et pour commencer la mascotte du festival, le chien de William Wegman.


Palais de l'Archevêché : William Wegman

De l'humour, mais pas que ... William Wegman revisite les limites de l'humanité en jouant avec talent avec l'anthropomorphisme.
Qu'est ce qui nous différencie de l'animal ? Pas grand chose, rien en fait ... les portraits de William Wegman nous prouvent que l'animal est l'égal de l'homme, et son chien semble prendre beaucoup de plaisir à jouer les vedettes de magazines.
Une présentation sobre et classique.
Une exposition que l'on visite le sourire aux lèvres.
En Noir&Blanc et vice-versa.

Cloître Saint Trophime : Baptiste Rabichon et Gregor Sailer

Baptiste Rabichon mélange les techniques argentiques et numériques avec talent. il nous donne à voir des compositions florales étranges qui ressemblent à de l'aquarelle.

 Grégor Sailer à parcouru le monde à le recherche de décors de cinéma ... du vrai faux.
Ces photographies étonnantes résonnent très fort aujourd'hui avec l'avènement des fake-news, des rumeurs abracadabrantes, des trompe-l'oeil et autres publicités mensongères dont nous sommes victimes tous les jours.
 On s'y croirait, que du faux, pour de vrai !

Espace Van Gogh : Robert Frank et Raymond Depardon

Robert Franck, photographe et cinéaste inclassable, qui a révolutionné la photographie en "inventant" la photographie de reportage, en montrant l'Amérique profonde, telle qu'elle était à son époque.
Un film documentaire permet de se faire une idée sur ce personnage de Robert Franck, à la personnalité atypique, un artiste, un vrai.

 Des nombreuses photographies originales, en petit format.
 Raymond Depardon aux USA : très belle exposition, bien soignée, avec un bel éclairage, notre vedette française a été chouchoutée !
Une présentation quasi parfaite.
 Le mythe de l'ouest américain,
 et déjà les cauchemars industriels.

Chapelle de la Charité : Pasha Rafiy et Laurianne Bixhain

Portraits de personnalités et d'anonymes dans leurs environnements.

 Chapelle Saint Martin du Méjan : Taysir Batniji

Un palestinien de Gaza rend visite à sa famille exilée aux Etats-Unis, le choc des cultures !
Eux ont réussi leur intégration, ils ont adopté le mode de vie américain et font partie de la classe moyenne.
Des portraits, des scènes de la vie courante, des intérieurs, des objets, ils sont américains mais une foule de détails les raccrochent à leurs origines palestiniennes.

 La maison des peintres : Regards sur la scène contemporaine turque

Des images dures, présentées dans un environnement délabré.
 Des images de guerre, de villes en ruines après les bombardements.
 La Turquie en proie à une actualité politique très tendue avec des images de manifestations réprimées sans ménagement.
 La Turquie et sa violence populaire avec des combats de chiens et de femmes en souffrance.

 Le Noir&blanc rehausse la gravité des portraits et accentue le malaise.
 Une image paisible, mais c'est la guerre au loin qui se rapproche ... quel avenir pour ces adolescents ?

La Maison des Peintres : Matthieu Gafsou

Il nous plonge dans le présent des hautes technologies, de la manipulation génétique avec cette sourie luminescente, ou nos enfants hypnotisés par les smartphones.

 Des images géantes impressionnantes.

La croisière : Mai 68

Mai 68 fête ses 50 ans, Arles se devait de faire quelque chose sur cet évènement social et culturel qui a marqué durablement la France et le monde occidental.
 Une superbe collection d'affiches qui retrace à merveille l'esprit de Mai 68.
 Des photographies bien sûr, les classiques que tout le monde connait, et d'autres pour montrer cette folie révolutionnaire qui s'était emparée de la jeunesse.

Maison des Peintres : Cristina De Middel et Bruno Morais

Ils nous présentent l'énergie africaine en Amérique du Sud. Des photographies parfois étranges avec de la recherche pour faire passer une ambiance, des images qui se veulent contemporaines.
La présentation de ces photographies rajoute de la confusion, elles auraient mérité mieux. 

 La Croisière : Adel Abdessemed

Est-ce un désir du photographe ou bien est-ce les caisses du festival qui étaient vides, ici les photographies ont bénéficié du minimum, difficile de faire plus simple, les photographies sont posées au ras du sol sur des morceaux de bois. Le visiteur doit se contorsionner pour tenter de voir la photographie.
 Heureusement, la dernière image en grand format à l'extérieur rattrape la mauvaise impression précédente !
 La suite de l'exposition avec d'autres photographes, mais là c'est moi qui m'amuse à jouer avec les perspectives ...

 La Croisière : Le prix Pictet

Les Rencontres d'Arles ont exposé ici les lauréats des années précédentes de ce prix prestigieux.
J'ai été impressionné par certaines photographies en grand format qui doivent être celles de Nadav Kander qui a travaillé sur le Yangtze, un grand fleuve chinois, le choc d'une transformation industrielle beaucoup trop rapide.

Fondation Manuel Rivera Ortiz : Hope, une perspective collaborative

Un groupe de photographes a travaillé sur le sujet des migrants, en explorant d'autres formes d'images que le reportage pur et dur.
Les photographies de Patrick Willocq sont remarquables, composées à la manière d'un tableau du moyen âge, avec tous les symboles représentant le "parachutage" d'un groupe de migrants dans une petite commune rurale française.
Quantités de gilets de sauvetage décorent l'immense cage d'escalier et nous rappellent comment au péril de leurs vies, ces migrants sont arrivés chez nous.
Des portraits, eux, nous, quelles différences? nous sommes tous des humains qui aspirent à vivre en paix.
Ces yeux qui nous regardent ... ils nous interrogent.
Parfois des photographies sorties de nulle part ...
 Photographies du peuple chilien soutenant Salvador Allende.

 Planche contact.

Voilà, je suis loin d'avoir tout vu, mais je crois qu'il vaut mieux prendre son temps, regarder, réfléchir, penser, philosopher, prendre conscience ... la photographie en Arles est documentaire et artistique, elle nous plonge dans un monde, le notre, parfois futile, parfois grave, elle nous permet de mieux l'appréhender.
Rendez vous en 2019 ...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Test objectif Panasonic 14 mm f2.5 pour µ4/3

Numérisation des plaques photographiques