Panasonic GX7


Premières impressions

Le GX7 avec sa livrée noire et métal à un look légèrement "vintage", disons "rétro" en français, ce qui le rend plutôt sympathique dès sa première prise en main.
Mais surtout le photographe y trouve rapidement ses marques comme le viseur, certes électronique, mais ce viseur semble avoir toutes les qualités, il est même orientable, permettant des prises de vue de type "poitrine" comme avec un Rolleiflex (pour les papis comme moi), ou simplement à la reflex, l'appareil à hauteur du visage.
En complément du viseur, un bel écran orientable idéal pour les prises de vue de Nature au ras du sol, ou pour la vidéo.
Les commandes sont simples et tombent sous les doigts, le barillet principal avec ces modes P, A, S, M ainsi que les autres plus "gadgets" ... mais certains valent le coup de les regarder plus en détails.
Le boitier n'est ni miniature, ni encombrant, ni léger, ni lourd, il tient bien dans les mains avec sa pseudo poignée bosselée.

Premières photographies

Restons simple, Mode P, ISO auto, mesure multi-zones et c'est parti.
Le bruit du rideau est un son métallique plutôt agréable, de quelque chose qui glisse avec aisance, de rapide, de léger ... l'écran est relativement fidèle et renseigne bien sur la qualité de l'image.
De retour sur son ordi, avec un bel écran le résultat est là, les images sont belles, les couleurs fidèles, le rendu général est très bon. A part les images de sujets blancs qu'il faut surexposer à la prise de vue (comme avec la plupart des appareils), rien à redire, l'exposition est juste.
Les photographies ci-dessous sont faites avec un "vieux" Tamron de 50mm macro ouvrant à f2,5, équipé d'une bague pour baïonnette Olympus, monté sur une bague d'adaptation OM - micro 4/3 (!), présentées sans retouche autre que le redimensionnement, mais Google peut retoucher les images de son propre chef ...
Iris, Objectif Tamron 50mm macro f2,5

Julio, chat charmeur, Objectif Tamron 50mm macro f2,5

Vaisselle, Objectif 14-42 mm


Clair de lune, 1/25s à 6400 iso, Objectif Tamron 50mm macro f2,5
D'autres photographies plus loin...

Le GX7 plus en détails

Sensibilité : un point important ! A partir de quel moment la montée du bruit sera t'elle gênante et le logiciel ne pousse t'il pas trop le lissage pour tenter de faire disparaître le bruit ?
Ces essais montrent que le GX7 a gagné un cran supplémentaire (par rapport à la génération précédente) en présentant des images à 3200 iso tout à fait correctes, permettant de photographier en intérieur en toute sérénité et sans flash. Si on peut encore s'amuser à 6400 iso, au delà le bruit est bien présent, disons même pesant ! Le lissage est très léger, voire imperceptible, laissant le photographe maître de ses images.

Le flash : eh oui, le GX7 a même un flash, un peu riquiqui, mais impeccable pour déboucher les ombres, et photographier la nuit venue.

Les modes "scène" : pas vraiment un truc de photographe ... avec un choix de 24 modes différents, on s'y perd rapidement. A tester à tête reposé, et mémoriser les modes qui pourraient vous être utiles.

Les effets: accessibles sous l'icône "palette" de la molette de sélection des modes. On trouve là un choix de modes N&B : dynamique, brut et doux ... des effets intéressants, sinon le mode scène propose un N&B classique de bonne facture.

L'intervalomètre : La fonction est intégré à l'appareil, on évite ainsi l'achat d'un élément extérieur avec les problèmes de compatibilité associés. L'intervalomètre permet de faire du "Time lapse", des vidéos accélérées comme par exemple le défilement des nuages ou le coucher du soleil. C'est une fonction très ludique et créatrice, plutôt pour le vidéaste. Pour vous donner envie, regarder cette vidéo, elle est faite avec un  reflex 24x36, pourquoi pas tenter avec le GX7 ? Voici un exemple plus simple sans prétention, réalisé avec 1794 photos espacées de 5 secondes, soit un peu plus de 2 heures de prise de vue, assemblées avec un logiciel GoProStudio (gratuit), et habillées avec iMovie. A 30 images par seconde, la vidéo fait 1 minute.
Vous trouverez ici le logiciel Go Pro Studio.

La vidéo : on a beau être un photographe pur et dur, si l'on tente par curiosité la vidéo Full HD du GX7, il sera difficile d'échapper au charme du "cinéma", certes c'est un autre monde, mais le GX7 donne envie de se lancer ... attention il vous faudra une informatique à la hauteur pour faire du montage, condition sine qua none pour faire des vidéos dignes de ce nom (les PC et MAC d'aujourd'hui sont tous capables). Le GX7 propose un mode à 50 fps permettant d'avoir plus de fluidité pour les scènes très animés/rapides. Les puristes ne trouverons pas de prise micro.

Les objectifs : La gamme des objectifs micro 4/3 est très complète, Panasonic bien sûr avec de nouveaux objectifs haut de gamme pour le GX7 comme le 12-35 mm F2,8 (un peu cher), les objectifs Olympus entièrement compatibles, Sigma également, Voigtländer et ses objectifs hors du commun comme le 25mm f 0,95 (très très lumineux)!!
Ce qui est intéressant avec les micro 4/3, c'est la possibilité de monter quasi n'importe quoi comme caillou à l'aide de bagues adaptatrices ... personnellement j'ai une gamme d'objectif Olympus OM-system Zuiko, que j'ai pu faire revivre ainsi. La mise au point et le choix du diaphragme sont manuels. Un mode loupe très efficace permet de faire une mise au point précise, et le choix du diaphragme directement sur l'objectif est particulièrement commode( à l'ancienne). La focale est multiplié par 2, un 50mm devient un 100mm. A savoir qu'en micro 4/3 les grands angles sont rares ... un 12mm chez Olympus mais cher, le 12-35mm cité plus haut, un zoom 7-12mm, un 7,5 mm chez Samyang, et un récent 12-32 mm, petit à petit le choix s'améliore tout de même.
Ci dessous le 45-175 mm f4-5,6, le 14-42 mm f3,5-5,6 OIS, et le 14 mm f2,5


Stabilisation : le capteur du GX7 est "stabilisé", comme les Olympus OM-D. Par contre difficile à "gérer" ... en route, pas en route ? A priori l'appareil détecte si l'objectif est auto stabilisé et désactive la stabilisation interne, dans tous les autres cas, la stabilisation est en service.
C'est un gros avantage lorsque l'on utilise des vieux objectifs, ils prennent ainsi un coup de jeune et permettent de gagner quelques ILs.

Le WiFi : cette fonction de communication sans fil est un vrai plus et permet de :
_ Transférer ses photos et vidéos vers son PC/Mac, lire la carte directement est plus souple et plus rapide, set de dépannage en l'absence de câble et lecteur de carte.
_ Télécommander l'appareil à distance tout en visualisant via l'écran du smartphone les images du GX7, pas mal !
Deux remarques tout de même :
1) Il y a un minimum de configuration coté smartphone pour la wifi, il faut se connecter sur l'appareil photo. Sur mon smartphone, j'ai du désactiver les données, le smartphone ne trouvant pas de connexion internet sur l'appareil photo, se re-connectait systématiquement sur la box,
2) La portée est faible, quelques mètres à peine, ce qui réduit fortement les possibilités de télécommande à distance. Photographes animalier, ne rêvez pas, il vous faudra rester à 3 m de l'appareil ... cela est vraiment dommage, la fonction étant sinon quasi parfaite !
L'application sur l'Apple Store pour iPhone: Panasonic Image App,
L'application sur Google Store pour Android: Panasonic Image App,

Le GPS: Le GX7 n'a pas de GPS, tant pis pour la localisation des photographies, tant mieux pour la durée de la batterie.

Ergonomie: Cet appareil est plutôt orienté photographe expert, tout en ayant de nombreuses fonctions "automatiques" qui satisferont tout le monde. Les habitués de Panasonic retrouveront tout de suite leurs marques et seront opérationnels rapidement.
Quatre touches de fonction paramétrables permettent un accès direct à ses fonctions préférées.
Les menus dans l'ensemble sont relativement clairs, avec une aide simplifiée qui défile sur le haut de l'afficheur. Mais certaines sont plus obscures, d'autres sont parfois inaccessibles, bref, il faut, avant de démarrer, bien s'imprégner de la bête, et ne pas hésiter à se plonger dans le manuel.

Les défauts : 
_ La prise en main de l'appareil ... le pouce tombe sur les touches de fonctions et le pad, et régulièrement on se retrouve dans un menu quelconque choisi au hasard des appuis involontaires. Il manque un espace préformé pour le pouce,
_ l'AF sensitif, cette fonction permet de choisir du bout du doigt directement sur l'afficheur le sujet sur lequel on désire faire la mise au point, mais l'utilisation du viseur par l'oeil gauche amène votre bout du nez à choisir une autre zone (!),
_ L'intervalomètre : celui ci est en général parti pour fonctionner sur une longue période, l'économie d'énergie est primordiale, mais il est impossible de désactiver l'écran dans ce mode, il reste en fonction systématiquement tout au long de la prise de vue,
_ la batterie : Son format a changé par rapport aux Gx précédents, impossible de réutiliser ses batteries, le rachat est obligatoire.
_ La portée du wifi est faible, ce qui réduit les possibilités de la télécommande à distance,
_ Pas de GPS,
_ Trappe connecteurs bas de gamme,

Les qualités :
_ Très bonne qualité d'image jusqu'a 3200 iso,
_ Excellent viseur électronique,
_ Stabilisation au niveau du capteur,
_ Ecran orientable,
_ Mode silencieux avec utilisation de l'obturateur électronique,
_ Grand choix d'optiques, et montage possible de n'importe quel objectif de n'importe quelle marque,

Quelques photographies
La Côte de granit rose à Ploumanach

Moulin à mer, Ile de Bréhat

Jardin de Kerdalo, la grotte

La vapeur du Trieux

Chapelle dans la cathédrale de Tréguier

Abbaye de Beauport


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Test objectif Panasonic 14 mm f2.5 pour µ4/3

Numérisation des plaques photographiques